urps médecin

Siège social LILLE

118 BIS RUE ROYAL
59000 LILLE
Tel : 03 20 20 20 20

Antenne AMIENS

118 BIS RUE ROYAL
59000 LILLE
Tel : 03 20 20 20 20

CONTACTEZ-NOUS

Epidémiologie

Nous vous invitons à signaler toute recrudescence de cas ou suspicion de cluster à ars-hdf-signal@ars.sante.fr.
Si vous aviez l’impression de ne pas avoir eu de suite, n’hésitez pas à également nous prévenir à alerte-medecinsliberaux@urpsml-hdf.fr ou au 03 20 14 93 30.
Nous vous remercions pour votre mobilisation.

Épidémiologie – Sites de référence

Pour en savoir plus :

 

Le GHICL (Groupe Hospitalier de l’Institut Catholique de Lille) produit une visualisation des données hospitalières liées au covid-19 :

  • Données Monde :

Visualisation des données mondiales mises à disposition par JHU CSSE

 

 

 

 

  • Données France :

Visualisation des données hospitalières françaises publiées par Santé Publique France

 

 

 

 

  • Données départementales :

Pour une visualisation possible par département

Animaux sauvages et domestiques dans le maintien et la propagation de la covid-19 : pas de rôle épidémiologique

(21 novembre 2020 – Source : ANSES)

Suite à l’acquisition et à l’analyse de nouvelles données scientifiques, l’Anses a actualisé son expertise publiée en avril 2020 sur la transmission potentielle de la maladie Covid-19 par l’intermédiaire des animaux domestiquesL’Agence confirme qu’à ce jour les animaux domestiques et les animaux sauvages ne jouent aucun rôle épidémiologique dans le maintien et la propagation du SARS-CoV-2 en France, où la diffusion du virus est aujourd’hui le résultat d’une transmission interhumaine par voie respiratoire.
Certaines situations particulières, comme une forte concentration d’animaux réceptifs au SARS-CoV-2, appellent toutefois à la vigilance pour ne pas constituer, à l’avenir, un réservoir animal favorable à la propagation du virus. L’actualité récente au Danemark et aux Pays Bas a en effet montré des cas de contaminations humaines à partir de grands élevages de visons.
En ce qui concerne les animaux de compagnie, il est recommandé aux personnes atteintes par la COVID-19 de respecter les gestes barrières afin de limiter les risques d’infection de l’Homme à l’animal, sans pour autant compromettre leur bien-être.

Point épidémiologique NATIONAL

(Epidémiologie nationale – Source : Santé Publique France)

Point épidémiologique REGIONAL - ARS

(Epidémiologie régionale au 20/07/21 – Source : CIR SPF via ARS)

En semaine 28, la dégradation récente et rapide de la situation épidémiologique (TI et TP) touche tous les départements de la région des Hauts-de France. Cette évolution défavorable récente doit être suivie avec attention, notamment sur certains territoires qui présentent des caractéristiques de vulnérabilité importante, littoral Nord-Pas-de-Calais et afflux touristique et secteurs urbains densément peuplés (MEL, bassin minier, Amiénois, partie sud de l’Oise). La survenue récente de nombreux clusters dû au variant Delta et liés à des rassemblements festifs (mariages, fêtes amicales et familiales, fréquentations de bars…) témoigne de l’accélération de la circulation virale et des risques élevés de transmission. 
Dans les Hauts-de-France, à l’instar de nombreuses régions métropolitaines, la dégradation récente et très rapidement évolutive de la situation épidémiologique doit inciter au renforcement de la vigilance individuelle et de l’offre vaccinale et fait craindre une intensification régionale de l’épidémie dans un contexte général de relâchement des comportements, de levée des restrictions et de prévalence actuellement majoritaire de souches virales à transmissibilité accrue.

Indicateurs virologiques

En semaine 28 à l’échelle régionale, l’épidémie est en progression, avec 2 335 nouveaux cas d’infection au SARS-CoV-2 diagnostiqués, soit une augmentation de 83 % du nombre des nouveaux cas, notamment symptomatiques, par rapport à la semaine 27. Le taux d’incidence régional, estimé à 39 cas/100 000 habitants, est en augmentation significative dans un contexte de stabilité du taux de dépistage et d’augmentation du taux de positivité des tests (+0,8 points). Ces tendances récentes défavorables sont particulièrement observées chez les jeunes adultes (notamment chez les 20-29 ans) concernés par une progression des taux d’incidence et de positivité. Le taux de reproduction est en augmentation significative (Reff = 1,65 (1,58-1,72), par rapport à la période d’analyse précédente, et significativement supérieur à 1 pour la deuxième semaine consécutive, confirmant la nouvelle poussée épidémique dans la région des Hauts-de-France.
A l’échelle infrarégionale, l’augmentation du taux d’incidence (TI) est actuellement moins rapide dans la Somme avec un TI, en progression, mais dont l’évolution n’est pas significative par rapport à la semaine dernière. En revanche, on note cette semaine une augmentation significative des TI dans les autres départements, témoignant de la dégradation rapide de la situation épidémiologique dans toute la région. Dans l’ensemble des départements, les taux de positivité étaient en progression dans un contexte de recours au dépistage en baisse dans la Somme et stable dans les autres départements. En semaine 28, le taux de reproduction est significativement supérieur à 1 dans l’ensemble des départements. A l’échelle des territoires (EPCI), en semaine 28, les principaux foyers d’hyper incidence (TI supérieurs à la moyenne régionale) sont observés sur une grande partie du littoral du Nord-Pas-de-Calais (du dunkerquois aux 2 baies), de la métropole lilloise au bassin minier et au valenciennois, les arrondissements d’Amiens et de Montdidier, le sud de l’Aisne (Château-Thierry et Soissons) et de nombreux secteurs de l’Oise, limitrophes de l’Ile-de- France où la reprise épidémique est aussi avérée.

Variants

A l’échelle régionale, en semaine 28, 56 % des tests RT-PCR et antigéniques, positifs pour le SARS-CoV-2, ont fait l’objet d’un test additionnel de criblage. Les mutations E484K, E484Q et L452R (caractérisant le variant Delta) ont été détectées dans respectivement 2,1 %, 0,1 % et 87,0 % des prélèvements positifs criblés recherchant ces mutations. Ces résultats et les tendances récentes confirment la prévalence, actuellement majoritaire dans la région, des souches virales porteuses de la mutation L452R et sa forte et rapide progression (+28 % par rapport à la période d’analyse précédente), notamment dans les départements de l’Aisne, du Nord, de l’Oise et du Pas-de-Calais. La prévalence des souches, porteuses des 2 autres mutations d’intérêt E484K et E484Q, demeure stable.

Offre de soins

En ville, en semaine 28, la part des recours à SOS médecins pour suspicion de COVID-19 était globalement stable à l’échelle régionale (1,3 %), en diminution sur l’amiénois mais en augmentation dans les trois autres secteurs couverts par les associations SOS médecins (Dunkerque, métropole lilloise et St-Quentin). En médecine générale (Réseau Sentinelles), le taux de recours pour infections respiratoires aiguës (IRA) est stable par rapport à la semaine précédente.
A l’hôpital, en semaine 28, le nombre de nouvelles hospitalisations (n=53) et admissions en service de soins intensifs (n=16) reste faible et stable. Au 21 juillet 2021, 897 patients étaient toujours pris en charge pour COVID-19 en hospitalisation conventionnelle et 91 en soins critiques. Avec 5 nouveaux décès enregistrés en semaine 27, le nombre de nouveaux décès de COVID-19 à l’hôpital continue de diminuer.

Vaccination

Au 20 juillet 2021, près de 6 habitants des Hauts-de-France sur 10 (56,9 %) ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19 et près de 1 sur 2 (47,2 %) ont complété leur schéma vaccinal. Chez les plus de 65 ans, plus de 4 personnes sur 5 (81 %) ont complété leur schéma vaccinal.

Indicateurs régionaux de recours aux soins

Indicateurs régionaux de recours aux soins (données au 20/07/21) :

Réanimation :

Tendances générales : 
  • Baisse de la file active COVID : n=33 (cible été 2020 à 20 patients)
  • Hausse de la file active non COVID : n= 371 (cible été 2020 à 400 patients)
  • Un nombre bas d’entrées dans les 24h à + 13, néanmoins en légère augmentation
  • Décroissance des patients intubés et ventilés
  • Pas de focus territoriaux particuliers : un léger retard de décroissance de la COVID dans l’Oise.

Taux d’incidence pour 100 000 habitants

Taux d’incidence (cumul 7 jours) pour 100 000 habitants au 18/07/21 :

Taux de reproduction

Taux de reproduction (20/07/21) :

Pas d’info cette semaine

Évolution nb régional nouveaux cas confirmés et contacts par jour

Évolution du nombre régional de nouveaux cas confirmés et de contacts par jour (au 19/07/21) :

A partir des données du 7 décembre, les tests antigéniques sont pris en compte dans le calcul du taux d’incidence, et ce ne sont plus des tests qui sont comptabilisés mais des personnes, conformément à la méthodologie utilisée par SPF (Santé Publique France).

Plans blancs activés en raison de la crise covid

Plans blancs activés en raison de la crise covid :

Allocution du 29/10/2020 : déclenchement des plans blancs dans l’ensemble des hôpitaux.

Hospitalisation conventionnelle

Hospitalisation conventionnelle (données au 20/07/21) :

Au 20/07, 100 patients Covid en Hospitalisation Conventionnelle (+1 patients par rapport au 13/07). 56% sont admis pour motif Covid exclusif.

  • AISNE : 6 patients (+3).
  • NORD : 39 patients (+4).
  • OISE : 10 patients (-4)
  • PAS DE CALAIS : 30 patients (+1).
  • SOMME : 15 patients (-3).

Couverture vaccinale des Hauts-de-France

Couverture vaccinale des Hauts-de-France (20/07/2021) :

Analyse de la situation épidémiologique (données SI-DEP)

Situation épidémiologique (données SI-DEP) à l’échelle départementale (données du 12 au 18/07/2021) :

A l’échelle des territoires, sur la période d’analyse, la situation épidémiologique se dégrade rapidement, avec 32 % des EPCI (Établissement public de coopération intercommunale) présentent encore des taux d’incidence significativement supérieurs au seuil de vigilance de 20 cas/100 000 habitants contre 8% des EPCI qui présentent des taux d’incidence supérieurs au seuil d’alerte 50 cas/100 000 habitants :

  • Dans l’Aisne, les taux d’incidence sont significativement supérieurs au seuil d’alerte dans la partie sud du département sur le secteur de Château-Thierry (CA de la Région de Château-Thierry) qui s’étend géographiquement à un EPCI voisin (CC du Canton de Charly-sur-Marne) ;
  • Dans le Nord, le taux d’incidence est actuellement significativement supérieur au seuil d’alerte sur la métropole lilloise avec une progression épidémique de proximité sur les secteurs situés au sud de la MEL jusqu’au valenciennois (Douai, CC Flandre Lys, CA de la Porte du Hainaut) avec des points de vigilance aussi sur les agglomérations de Maubeuge, et les secteurs de Dunkerque (CU de Dunkerque) où les taux d’incidence étaient supérieurs au seuil de vigilance ;
  • Dans l’Oise, une progression épidémique rapide est observée dans la partie sud du département, limitrophe de l’Ile- de-France où la reprise épidémique est avérée. Sur le secteur de Creil, les taux d’incidence sont cette semaine, proches du seuil d’alerte et significativement supérieurs au seuil de vigilance. Sur les secteurs de Compiègne, Beauvais et Clermont, les taux d’incidence sont supérieurs au seuil de vigilance ;
  • Dans le Pas-de-Calais, on observe une dégradation rapide de la situation virologique sur une grande partie du littoral du Nord-Pas-de Calais, du dunkerquois au secteur des 2 baies, avec des taux d’incidence significativement supérieurs au seuil d’alerte sur les secteurs de Montreuil et Boulogne. Sur les secteurs d’Arras, Hénin-Carvin et Calais, les taux d’incidence sont aussi supérieurs au seuil de vigilance ;
  • Dans la Somme, le taux d’incidence est actuellement significativement supérieur au seuil d’alerte sur le secteur d’Amiens (CA Amiens) et la progression épidémique gagne géographiquement 3 autres EPCI limitrophes (CC du Territoire Nord Picardie, CC Terre de Picardie et CC du Grand Roye) où les taux d’incidence sont significativement supérieurs au seuil de vigilance.