urps médecin

Siège social LILLE

118 BIS RUE ROYAL
59000 LILLE
Tel : 03 20 20 20 20

Antenne AMIENS

118 BIS RUE ROYAL
59000 LILLE
Tel : 03 20 20 20 20

CONTACTEZ-NOUS

Epidémiologie

Nous vous invitons à signaler toute recrudescence de cas ou suspicion de cluster à ars-hdf-signal@ars.sante.fr.
Si vous aviez l’impression de ne pas avoir eu de suite, n’hésitez pas à également nous prévenir à alerte-medecinsliberaux@urpsml-hdf.fr ou au 03 20 14 93 30.
Nous vous remercions pour votre mobilisation.

Épidémiologie – Sites de référence

Pour en savoir plus :

  • Les bilans nationaux et régionaux ainsi que toutes les ressources et outils d’information pour se protéger et protéger les autres sont disponibles sur le site de Santé publique France
  • GEODES, l’observatoire cartographique de Santé publique France : Accédez aux taux d’incidence, tous âges et + 65 ans, pour chaque métropole ou sur https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus associés au taux d’occupation des lits de réanimation des régions concernées.

 

Le GHICL (Groupe Hospitalier de l’Institut Catholique de Lille) produit une visualisation des données hospitalières liées au covid-19 :

  • Données Monde :

Visualisation des données mondiales mises à disposition par JHU CSSE

 

 

 

 

  • Données France :

Visualisation des données hospitalières françaises publiées par Santé Publique France

 

 

 

 

  • Données départementales :

Pour une visualisation possible par département

 

Animaux sauvages et domestiques dans le maintien et la propagation de la covid-19 : pas de rôle épidémiologique

(21 novembre – Source : ANSES)

Suite à l’acquisition et à l’analyse de nouvelles données scientifiques, l’Anses a actualisé son expertise publiée en avril 2020 sur la transmission potentielle de la maladie Covid-19 par l’intermédiaire des animaux domestiquesL’Agence confirme qu’à ce jour les animaux domestiques et les animaux sauvages ne jouent aucun rôle épidémiologique dans le maintien et la propagation du SARS-CoV-2 en France, où la diffusion du virus est aujourd’hui le résultat d’une transmission interhumaine par voie respiratoire.
Certaines situations particulières, comme une forte concentration d’animaux réceptifs au SARS-CoV-2, appellent toutefois à la vigilance pour ne pas constituer, à l’avenir, un réservoir animal favorable à la propagation du virus. L’actualité récente au Danemark et aux Pays Bas a en effet montré des cas de contaminations humaines à partir de grands élevages de visons.
En ce qui concerne les animaux de compagnie, il est recommandé aux personnes atteintes par la COVID-19 de respecter les gestes barrières afin de limiter les risques d’infection de l’Homme à l’animal, sans pour autant compromettre leur bien-être.

Accès indicateurs covid métropoles

(Source : Santé Publique France)

On les retrouve aussi sous https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus associés au taux d’occupation des lits de réanimation des régions concernées.

Point épidémiologique NATIONAL

(Epidémiologie nationale – Source : Santé Publique France)

Point épidémiologique REGIONAL

(Epidémiologie régionale – Source : Santé Publique France)

Dans les Hauts-de-France, l’épidémie est en recul depuis 2 semaines au niveau régional et territorial. L’évolution concordante des indicateurs virologiques témoigne d’une diminution continue et importante, ces 2 dernières semaines, des nouvelles contaminations. 
L’amélioration de la situation virologique a été à l’origine, depuis la semaine dernière, d’une diminution perceptible de la pression épidémique sur l’offre de soins avec une diminution des recours aux soins pour suspicion de Covid-19, des nouvelles hospitalisations et admissions en réanimation et du nombre de nouveaux décès. Cependant, même si l’évolution est actuellement favorable, les indicateurs restent à un niveau élevé avec des taux d’incidence toujours supérieurs au seuil d’alerte maximale (250 cas/100 000 habitants) dans 2 des 5 départements, près de 300 nouvelles hospitalisations et 250 nouveaux décès cette semaine.
Les résultats sont néanmoins encourageants et les efforts fournis doivent être confortés.

Pour en savoir plus :

  • Les bilans nationaux et régionaux ainsi que toutes les ressources et outils d’information pour se protéger et protéger les autres sont disponibles sur le site de Santé publique France
  • Les données d’incidence, de positivité et de dépistage à l’échelle infra départementale (grandes métropoles, EPCI, communes et IRIS) ont été mises à la consultation de tous sur le portail GEODES, l’observatoire cartographique de Santé publique France
Vulnérabilité des territoires

Confinement sur l’ensemble du territoire métropolitain à compter du 30 octobre au 1er décembre minimum.

Surveillance virologique

En semaine 46, 17 369 nouveaux cas d’infection à SARS-COV2 ont été confirmés dans la région par RT-PCR. Le taux d’incidence (nombre de nouveaux cas pour 100 000 personnes) était à nouveau en diminution. L’Aisne, l’Oise et la Somme sont repassés sous le seuil d’alerte maximale (taux d’incidence > 250 pour 100 000). Les taux de dépistage et de positivité étaient aussi en diminution. Cette diminution concerne les adultes quelle que soit la tranche d’âge depuis 2 semaines et les moins de 15 ans depuis la semaine 46. Elle est plus marquée dans les tranches d’âges où l’incidence était la plus élevée (jeunes adultes et population active), directement ciblées par les mesures de freinage (interdiction des rassemblements, couvre-feux et confinement,….).
Actuellement, les données transmises et analysées ici concernent les tests RT-PCR réalisés. Les tests antigéniques réalisés hors laboratoires de biologie médicale (TROD) sont saisis depuis le 16 novembre dans SI-DEP et pourront être intégrés prochainement dans cette partie. Dans l’attente de l’exploitation des données sur les tests antigéniques via SI-DEP, l’Assurance maladie transmet à Santé publique France, les cas de COVID-19 confirmés par test antigénique et enregistrés dans ContactCovid. Le cumul des cas confirmés par RT-PCR (SI-DEP) et par test antigénique (ContactCovid) doit être interprété avec prudence. En effet Il n’est pas possible à ce stade d’identifier les patients ayant un test RT-PCR positif et un test antigénique positif, du fait de l’impossibilité de croiser les bases SI-DEP et ContactCovid, il n’est pas non plus possible d’évaluer l’exhaustivité de la remontée des tests antigéniques dans la base ContactCovid.
En Hauts de France, la prise en compte conjointe des TA et des RT-PCR (vs. RT-PCR seuls) contribuerait à augmenter, en semaine 46, l’incidence de 7% en comparaison à une analyse avec les RT-PCR seuls (incidence de 312/100 000 vs 292) mais ne modifierait cependant pas la tendance qui reste globalement en diminution entre S45 et S46.

Évolution hebdomadaire du nombre de tests SARS-Cov2 positifs et du taux de positivité

Pas d’info au 21 novembre

Évolution taux d’incidence de tests positifs à SARS-Cov2 par classe d’âges

Évolution hebdomadaire du taux d’incidence de tests positifs à SARS-Cov2 par classe d’âges, SI-DEP, Hauts-de-France, du 6 juillet 2020 au 15 novembre 2020) :

Point de situation

Point de situation au 20/11/2020 :

Rappel : depuis le mercredi 11/11, le rendu des informations sur les points de situation a été modifié. Les informations sont identiques mais vous pourriez être quelque peu déstabilisés par leur présentation. Nous espérons que vous saurez vite vous y habituer.

La prise en compte des Test Antigéniques dans la surveillance virologique entraine une augmentation du taux d’incidence de 7% au niveau régionale sans pour autant modifier la tendance actuelle.
Baisse du taux d’incidence sur l’ensemble des classes d’âge. Ce taux est à peu près identique pour toutes les classes d’âges à l’exception des <15ans.
Le taux de dépistage chute dans tous les départements mais avec des différences très marquées selon les territoires.
Le taux de positivité se stabilise.
Le taux d’incidence est en baisse depuis fin octobre sur le département du Nord. Cette diminution s’enclenche sur les autres départements de façon plus ou moins rapide. Le taux le plus élevé est désormais celui du Pas-De-Calais.
Au niveau infra régional, 17% des EPCI sont encore au-dessus du seuil d’alerte maximal. Sur le Nord, 39% des EPCI ont un taux d’incidence supérieur à 250.
Augmentation significative de la mortalité, toutes causes, sur le département du Nord mais également sur le département de l’Aisne avec un excès de mortalité élevé.

Indicateurs régionaux de recours aux soins

Indicateurs régionaux de recours aux soins (données au 20/11) :

Réanimation :

Décès :

Taux d’incidence pour 100 000 habitants

Taux d’incidence (cumul 7 jours) pour 100 000 habitants au 16/11 :

Taux de reproduction

Taux de reproduction (au 19/11) :

Évolution nb régional nouveaux cas confirmés et contacts par jour

Évolution du nombre régional de nouveaux cas confirmés et de contacts par jour (au 17/11) :

Plans blancs activés en raison de la crise covid

Plans blancs activés en raison de la crise covid :

Allocution du 29/10/2020 : déclenchement des plans blancs dans l’ensemble des hôpitaux.

Indicateurs sur la réanimation

Indicateurs sur la réanimation

(données au 20/11) :

Hospitalisation conventionnelle

Hospitalisation conventionnelle (données au 18 et 20/11) :

Poursuite de la décroissance de la courbe, beaucoup plus marquée dans le Nord que dans les autres départements.

Taux d’incidence pour 100 000 habitants par EPCI

Taux d’incidence (données SIDEP) pour 100 000 habitants par EPCI en Hauts-de-France (Période d’analyse : du 11 au 17 novembre 2020) :

Dans les Hauts-de-France, le niveau de l’épidémie reste élevé mais la baisse progressive des indicateurs virologiques observée depuis la semaine 45 (2 au 8 novembre) est en faveur d’un recul de l’épidémie. Nous commençons à observer le résultat de l’accumulation de l’ensemble des mesures sanitaires mises en place depuis fin septembre. Ces résultats encourageants et les efforts fournis doivent être confortés. Cette baisse du taux d’incidence observée est liée en partie à une diminution du taux de dépistage (-33% en semaine 46) mais aussi à une baisse significative du taux de positivité. Actuellement, les données transmises et analysées ici concernent les tests RT-PCR réalisés. Les tests antigéniques réalisés hors laboratoires de biologie médicale (TROD) sont saisis depuis le 16 novembre dans SI-DEP et pourront être intégrés prochainement dans cette partie. Dans l’attente de l’exploitation des données sur les tests antigéniques via SI-DEP, l’Assurance maladie transmet à Santé publique
France, les cas de COVID-19 confirmés par test antigénique et enregistrés dans ContactCovid. Le cumul des cas confirmés par RT-PCR (SI-DEP) et par test antigénique (ContactCovid) doit être interprété avec prudence. En effet, il n’est pas possible à ce stade d’identifier les patients ayant un test RT-PCR positif et un test antigénique positif, du fait de l’impossibilité de croiser les bases SI-DEP et ContactCovid, il n’est pas non plus possible d’évaluer l’exhaustivité de la remontée des tests antigéniques dans la base ContactCovid. En Hauts de France, la prise en compte conjointe des TA et des RT-PCR (vs. RT-PCR seuls) contribuerait à augmenter, en semaine 46, l’incidence de 7% en comparaison à une analyse avec les RT-PCR seuls (incidence de 312/100 000 vs 292) mais ne modifierait cependant pas la tendance qui reste globalement en diminution entre S45 et S46. Ainsi, il convient de regarder les indicateurs dans leur ensemble, notamment les nombres quotidiens d’hospitalisations, d’admissions en service de réanimation et de décès hospitaliers qui restent élevés, bien qu’en diminution, au niveau régional ce qui traduit
une circulation du virus SARS-CoV-2 toujours intense dans la région.

A l’échelle infra-départementale, la situation s’améliore globalement avec, sur la période du 11 au 17 novembre, 17% des EPCI de la région qui ont des taux d’incidence (TI) supérieurs au seuil d’alerte maximal (250 cas/100 000 habitants). On observe une baisse importante du nombre de nouveaux cas sur l’ensemble de la région. Pour autant, au nord de la région (départements du Nord et du Pas-de-Calais), 38% des EPCI ont encore des TI supérieurs au seuil d’alerte maximal.