urps médecin

Siège social LILLE

11 Square Dutilleul
59800 LILLE
Tel : 03 20 14 93 30

Antenne AMIENS

Vallée des Vignes
27 avenue d'Italie
80090 AMIENS
Tel : 03 22 33 35 55

CONTACTEZ-NOUS

Autisme et Troubles Spectre Autistique (TSA)

Importance d’un repérage et d’une prise en charge précoces

Malgré l’existence de recommandations de bonnes pratiques, l’autisme est encore mal et trop tardivement diagnostiqué et les interventions demeurent quantitativement et qualitativement peu adaptées.

Face à ce constat , les URPS Médecins, Orthophonistes et Orthoptistes ainsi que leur partenaires, ont décidé de se mobiliser pour un repérage précoce et une prise en charge plus efficaces de l’autisme et autres Troubles Envahissants du Développement. Depuis fin 2014, en lien avec les associations locales de FMC, des sessions de formation pluriprofessionnelles et territorialisées sur le repérage et la prise en charge précoces de l’autisme et des troubles envahissants du développement sont organisées. Ces formations sont aussi l’occasion de présenter les ressources locales et régionales pour la prise en charge de ces pathologies.

Trouble du Spectre Autistique (TSA) / Autisme

Selon le DSM 5, le Trouble du spectre Autistique est caractérisé par l’atteinte de 2 domaines de développement :

  1. Déficit persistant de la communication et des interactions sociales réciproques observées dans des contextes variés,
  2. Intérêts, activités et comportement restreints, stéréotypés et répétitifs.

Chaque élément peut survenir avec un degré de sévérité véritable et avoir différents types de manifestations.

La survenue des difficultés apparaît avant l’âge de 18 mois et s’accompagne d’autres signes son spécifiques (troubles du sommeil, de l’alimentation, etc.)

 

Il existe plusieurs types d’autisme :

  • Le Syndrome d’Asperger est un autisme sans déficience intellectuelle et avec des particularités langagières.
  • L’autisme atypique ou TED Non Spécifié est une altération du développement après l’âge de 3 ans et avec une perturbation dans au moins un des trois domaines de la Triade spécifique.

Diagnostique et discours à tenir auprès des parents

Le diagnostic des TSA est clinique et ne peut être posé avant 18 mois. En cas de suspicion, il faudra orienter l’enfant vers :

  1. La mise en oeuvre des 1ères évaluations et prises en charges par les professionnels de santé de 1ère ligne, soit : Médecins généralistes, pédiatres et médecins de PMI. Une liste de bilans est alors à prévoir (ORL, ophtalmologie, communication et langage, développement moteur kinésithérapie, psychomotricité, ergothérapie et orientation en multi-accueil pour observation.)
  2. Une équipe pluridisciplinaire repérée comme formée et expérimentée, soit selon les cas : cabinet de praticiens libéraux coordonnés entre eux, PMI, CAMSP (Centre d’accueil médicosocial précoce, pour enfants 0-6 ans), CMP, CMPP, service de pédiatrie, de pédopsychiatrie, EDAP et centre de Ressources Autisme.

 

Il est recommandé de :

Ne pas utiliser les termes d'autisme chez un enfant de moins de 18 mois ou en cas de doute diagnostique et d'utiliser plutôt la notion de difficultés développementales dont la nature est à préciser ;

Ne pas annoncer un diagnostique avant les résultats de l'évaluation pluridisciplinaire.

Intérêt d’un dépistage

Même si le diagnostic ne peut être posé avant 18 mois, un repérage précoce présente un intérêt du fait de :

  • La plasticité cérébrale avant 6 ans,
  • La précocité des interventions : un facteur positif d’influence sur l’évolution des troubles.

Le diagnostic reste possible à tout âge et permet une meilleure adaptation de la personne à l’environnement et inversement, de l’environnement aux besoins de la personne.

Prise en charge

Chez l’enfant :

  • Dans les 3 mois qui suivent le diagnostic et avant l’âge de 4ans (Recommandations HAS et ANESM de mars 2012) ;
  • Mise en œuvre d’un projet personnalisé d’interventions coordonnées, globales, éducatives et thérapeutiques.

Modalités :

  • Respecter la singularité de l’enfant/adolescent
  • Associer les parents et le jeune (selon son niveau de maturité et de compréhension) à l’élaboration du projet

Les interventions visent également une adaptation de l’environnement de la personne :

  • Actions directes auprès de la personne
  • actions indirectes avec et sur l’environnement

Chez l’adulte :

  • Construction du projet avec la personne et les familles ;
  • Réseau d’accompagnement pour le social, la santé et l’habitat ;
  • Les particularités sensorielles et leur aménagement possible
  • Fonctionnement cognitif et émotionnel à prendre en compte ;
  • Travail sur la communication, le langage, la sensorialité, les intérêts restreints, les stéréotypies et l’autonomie ;
  • Accompagnement et soutien dans les études, l’imli, la culture et a santé

Facteur de risque

Le sexe : l'autisme infantile est 4 fois plus fréquent chez les garçons que chez les filles.

L'autisme dans la fratrie : le risque de TED est de 4% si une famille a déjà un enfant autiste de sexe masculin ; il passe à 7% s'il est de sexe féminin.

Signes d’appels chez les enfants

Inquiétude des parents relative au développement de leur enfant ;

Absence de babillage, de pointage protodéclaratif ou autres gestes sociaux (au revoir...) à 12 mois ;

Absence de mots à 18 mois ;

Absence d'association de mots (non écholaliques) à 24 mois ;

Perte de langage ou de compétences sociales quel que soit l'âge.

Il n’existe AUCUN LIEN entre l’autisme et : une intolérance au gluten, la vaccination combinée ROR, la présence de mercure dans l’environnement, les caractéristiques psychologiques des parents, un dysfonctionnement relationnel mère/enfant.

Diagnostique différentiel

Chez l’enfant :

  • retard mental
  • Troubles Spécifiques du Langage Oral (TSLO)
  • Trouble Déficitaire de l’Attention avec Hyperactivité (TDAH)
  • déficits sensoriels tels que la surdité ou cécité
  • troubles de l’attachement
  • troubles de la pragmatique
  • troubles de l’anxiété sociale
  • Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOC)

Chez l’adulte :

  • Schizophrénies
  • Troubles de la personnalité (schizoïde, schizotypie, personnalité obsessionnelle-compulsive-narcissique, etc.)
  • Troubles de la pragmatique du langage
  • Haut Potentiel intellectuel

Particularités sensorielles des personnes avec TSA

Hypo/hyper sensibilité : dans un ou plusieurs domaines sensoriels avec en conséquence un hypothétique/hyper fonctionnement sur les plans

  • Auditif
  • Tactile
  • Olfactif
  • Gustatif
  • Visuel
  • Vestibulaire
  • Proprioceptions

Outils de repérage

TSA jeune enfant

Evaluation de l’enfant :

Anamnèse (parcours développement)

Examen pédiatrique + vue + audition

Recherche clinique des signes centraux de TSA

Bilans :

  • Langage, communication et pragmatique,
  • Fonctions intellectuelles et cognitives
  • Examen des capacités adaptatives (échelle de VINELAND)
  • Examen de processus d’intégration sensorielle

Outils spécifiques du TSA

PEP 3

BECS (de 4 à 24 mois)

ECSP (exploration de 3 dimensions : interactions sociales, attention conjointe, régulation du comportement)

ABC (en cas de limitation intellectuelle)

ADI-R questionnaire avec les parents :

  • 93 items organisés en 9 domaines
  • Peu de sensibilité avant 30 mois
  • Âge de développement supérieur ou égal à 24 mois
  • Focalisation sur la période de 4-5 ans
  • références aux critères du DSM4 et de la CIM10

ADOS 2 avec les enfants :

  • Mise en pratique par le biais de saynètes semi-standardisées
  • 5 modules selon l’âge et le niveau de langage
  • Passation filmée et cotée dans l’après-coup
  • Limite: faux positifs (peut être positive alors que les critères du second domaine atteint dans les TSA sont absents)

Devenir de l’enfant autiste

  • Diagnostic initial d’autisme infantile stable pendant toute la vie dans 80 à 92% des cas
  • Symptômes de l’autisme se modifient au cours de la vie
  • Cependant, un enfant autiste restera toujours autiste  l’âge adulte

Interactions sociales réciproques :

Ces troubles sont les plus persistants au cour de la vie

Communication et langage :

Si pas de développement d’un langage fonctionnel à l’âge de 5 ans, la probabilité de l’acquérir devient de plus en plus faible avec l’âge.

Troubles du comportement :

A l’adolescence :

  • réduction des comportements stéréotypés chez environ 50% des personnes avec autisme infantile,
  • mais aggravation des troubles dans 25 à 30% pendant 1 à 2 ans dont 8 à 10% ne récupéreront pas de cette aggravation

Soirée de sensibilisation déployées sur le territoire

Ressources locales et régionales ARRAGEOIS

Pour obtenir des coordonnées, merci de contacter le pôle médico-social et démarche qualité

Pour plus d'informations merci de contacter