urps médecin

Siège social LILLE

118 BIS RUE ROYAL
59000 LILLE
Tel : 03 20 20 20 20

Antenne AMIENS

118 BIS RUE ROYAL
59000 LILLE
Tel : 03 20 20 20 20

CONTACTEZ-NOUS

Radiologie

Scanner thoracique dans le cadre de la Covid-19 : Réponses rapides HAS

(3 décembre – Source : HAS)

En date du 27/11/2020, la HAS a actualisé ses propositions relatives à la place du scanner thoracique dans la prise en charge des patients atteints ou suspects au COVID-19. Le scanner a une place centrale dans la prise en charge des patients présentant des symptômes respiratoires sévères. Cet examen permet d’évaluer l’extension des lésions et suivre leur évolution.

L’essentiel :

Phase initiale

  • Réponse rapide n°1 : Une PCR+ ou une sérologie positive sans symptôme respiratoire n’est pas une indication de scanner thoracique.
  • Réponse rapide n°2 : Réaliser un scanner thoracique, en cas de mauvaise tolérance respiratoire (dyspnée, désaturation ou hypoxémie) relevant d’une prise en charge hospitalière, chez un patient rt-PCR+ ou suspect pour évaluer l’étendue de l’atteinte pulmonaire et avoir un examen de référence.
  • Réponse rapide n°3 : Lors du bilan initial, il n’y a pas de justification à injecter systématiquement le scanner thoracique. Réaliser un scanner thoracique avec injection si les D-dimères sont très élevées ou en cas de discordance entre l’étendue lésionnelle et le retentissement clinique

Phase de suivi

  • Réponse rapide n°4 : Réaliser un scanner thoracique avec injection en cas d’aggravation respiratoire secondaire, afin de rechercher une embolie pulmonaire.
  • Réponse rapide n°5 : Réaliser un scanner thoracique sans injection à 3 semaines -1 mois peut être indiqué pour une réévaluation en cas d’atteinte parenchymateuse initialement sévère.
  • Réponse rapide n°6 : Réaliser un scanner thoracique sans injection à distance (3-6 mois) pour évaluer les éventuelles lésions résiduelles, en cas d’atteinte initialement sévère ou si des symptômes respiratoires persistent.
  • Réponse rapide n°7 : Utiliser des comptes-rendus types afin de standardiser la description des images (disponibles sur le site de Société française de radiologie).
  • Réponse rapide n°8 : Ne pas réaliser un scanner thoracique à des fins de dépistage du COVID-19 chez des patients sans signes de gravité.
  • Réponse rapide n°9 : Ne pas réaliser une radiographie du thorax à des fins de diagnostic du COVID-19.
  • Réponse rapide n°10 : Ne pas réaliser une échographie thoracique à des fins de diagnostic du COVID-19.
Imagerie thoracique dans la pneumonie covid-19 : actualisation des recommandations

Consulter la page Pneumologie

Indications respectives de la radiographie standard et du scanner thoracique

(5 avril)

Suite à vos interrogations, téléchargez, les précisions apportées par différentes institutions et sociétés savantes (au 03/04/2020) :

  • L’Union des Radiologues libéraux des Hauts-de-France : Recommandations en médecine de ville concernant l’imagerie thoracique pour les patients suspects dans le cadre de l’épidémie COVID 19,
  • La Société Française de Radiologie (extraits),
  • Le Collège des Enseignants en Radiologie de France (extraits),
  1. RADIOGRAPHIE de thorax pour suspicion d’infection Covid-19: AUCUNE indication en médecine de ville chez les adultes (à discuter pour les enfants au cas par cas) en raison du risque de transmission au personnel soignant et autres patients même avec toutes les précautions actuelles mises en place par les structures d’imagerie.

Les radiographies de thorax nécessaires en ces temps de crise pour une autre indication restent à effectuer (suspicion de pneumothorax, d’œdème pulmonaire, contrôle sous Méthotrexate ou immunosuppresseurs etc.)

  1. SCANNER pour suspicion d’infection Covid-19: Sa réalisation NE DOIT PAS être SYSTÉMATIQUE.

Afin de ne pas emboliser les scanners, il ne doit être réalisé, pour suspicion de COVID 19 qu’en cas :

  • De signes de gravité clinique(dyspnée, polypnée, et/ou désaturation avec application du score de gravité Covid), initiaux ou secondaires, signes qui relèvent exclusivement d’une prise en charge en unité adaptée de tri Covid-19
  • Chez des patients avec comorbidités (diabète, insuffisance rénale, coronaropathies, insuffisance cardiaque ou respiratoire ou hépatique, HTA, obésité, etc.) et qui présentent des symptômes suspects.

La réalisation d’un scanner n’est pas automatique. Tout patient cliniquement suspect peut ainsi être orienté par son médecin traitant, (éventuellement par des unités de ville dédiées Covid) vers un établissement de soins qui a mis en place une cellule de tri Covid afin de juger de l’opportunité ou non de réaliser un scanner thoracique.
Rappelons que le scanner, même s’il est plus sensible que la radiographie standard comme dit plus haut, peut cependant être pris en défaut en particulier dans les 3 premiers jours de l’infection (faux négatif).
La valeur pronostique du scanner, encore débattue à ce jour, pourrait participer à la décision d’orientation des patients, en plus des critères cliniques et gazométriques, en se basant sur l’extension de l’atteinte pulmonaire (hospitalisation ou retour à domicile).
Nous rappelons que l’évolution de l’épidémie et des connaissances induit des changements rapides des pratiques de radiologie. Les précisions apportées sont valables à ce jour et sont susceptibles d’évoluer.

Recommandations SFR
Recommandations FNMR