urps médecin

Siège social LILLE

118 BIS RUE ROYAL
59000 LILLE
Tel : 03 20 20 20 20

Antenne AMIENS

118 BIS RUE ROYAL
59000 LILLE
Tel : 03 20 20 20 20

CONTACTEZ-NOUS

ORL

Rééducation olfactive

Troubles du goût et de l’odorat au cours des symptômes prolongés de la Covid-19 et protocole de rééducation olfactive

(13/06/2021 – Sources : HAS et APHP)

En attendant la structuration d’un filière de prise en charge ville/établissement pour les patients souffrant de formes longues de la covid, nous vous rappelons l’existence d’une fiche HAS « les troubles du goût et de l’odorat au cours des symptômes prolongés de la Covid-19 » en date du 10/02/2021 et permettant de faire le point sur :

  • l’évaluation & description des symptômes
  • quand réaliser des examens paracliniques et quand s’adresser à un spécialiste ?
  • la prise en charge thérapeutique, que ce soit en soins primaires ou en milieu spécialisé.

Par ailleurs, nous vous relayons le protocole utilisé par l’AP-HP (Assistance Publique des Hôpitaux de Paris) en matière de rééducation olfactive :

Rééducation olfactive

Préparation :

  • Procurez-vous dans votre supermarché et votre pharmacie les produits suivants :
    • Vanille (gousse ou poudre)
    • Clou de girofle
    • Vinaigre de vin
    • Curry
    • Cannelle
    • Café
    • Huiles essentielles de :
      • Citron
      • Lavande
      • Rose
  • Prenez soin de placer toutes les épices dans des contenants hermétiques (pot muni d’un couvercle) afin d’en conserver tout le potentiel olfactif.
  • Les huiles essentielles quant à elles seront également placées dans un pot hermétique et diluées dans de l’eau (20 gouttes d’huile essentielle dans 50mL d’eau).
  • Chaque pot devra être étiqueté avec le nom du produit qu’il contient.

Entraînement :

  • Durée : 16 semaines
  • Fréquence : 2 fois par jour (matin et soir)
  • Conditions : Placez-vous dans une pièce calme (permettant une concentration maximale) et évitez toute sorte de distraction olfactive (parfum, bougie d’ambiance, odeurs de cuisine, etc.) et gustative (à distance des repas).
  • Protocole (à réaliser pour chaque produit) :
    1. Lire attentivement la désignation du produit que vous allez sentir afin de solliciter votre mémoire olfactive.
    2. Déboucher le produit et le sentir pendant 15 secondes en le plaçant à 2 centimètres environ du nez et en réalisant un mouvement de va-et-vient de droite à gauche afin de stimuler les deux narines.
    3. Reboucher le produit et attendre 15 secondes avant de passer au produit suivant.

Suivi :
Chaque semaine (tous les dimanches par exemple), remplissez le tableau ci-dessous en notant les odeurs que vous avez perçues (Ai-je senti quelque chose ou non ?) et les odeurs que vous avez reconnues (Suis-je capable de dire de quel produit il s’agit ?).

(30 octobre 2020 – Source : Sciences et Avenir et anosmie.org)

Un groupe de recherche pluridisciplinaire composé de chercheurs en neurosciences et en chimie d’Université Côte d’Azur, de médecins ORL et pédopsychiatres du CHU de Nice mais aussi d’industriels de la parfumerie vient en effet de mettre au point une étude dite ERODE19 (Évaluation de la rééducation olfactive) qui vise à vérifier l’efficacité d’une rééducation olfactive sur la récupération de l’odorat des patients post-Covid-19.

Présents chez de très nombreux patients selon les études (15 à 85%), ces troubles neurologiques de l’olfaction et de la gustation, plutôt de bon pronostic car le plus souvent en lien avec des formes peu sévères comme l’a montré une étude récente (Olfactory and gustatory dysfunctions as a clinical presentation of mild-to-moderate forms of the coronavirus disease (COVID-19): a multicenter European study, Eur Arch Otorhinolaryngol. 2020 Apr 6 : 1–11), régressent spontanément dans environ un cas sur deux. Mais si environ 70% des patients récupèrent dans les huit jours, pour certains l’anosmie pourrait durer jusqu’à un an.

Les participants d’ERODE19 présenteront donc tous une hyposmie ou anosmie apparue avec l’infection, persistante au moins un mois après la fin des symptômes du Covid-19. Cette perte d’odorat peut être évaluée par le biais de feutres odorants (« Sniffing sticks ») présentés au patient selon un protocole précis. Les patients devront stimuler leurs terminaisons nerveuses olfactives plusieurs fois par jour. Deux types de rééducation, en solo et en groupe, seront proposés et comparés. Résultats d’ici quelques mois.

En attendant ces résultats, l’association anosmie.org a publié un protocole de rééducation olfactive à destination du grand public basé sur celui élaboré par Hirac Gurden, neurobiologiste et directeur de recherche en neurosciences au CNRS, utilisant le protocole du Dr Hummel (https://www.researchgate.net/profile/Thomas_Hummel), et adapté pour la population générale.

L’entraînement olfactif consiste en deux séances quotidiennes de stimulation olfactive de courte durée par l’utilisation de 4 à 6 odeurs. Les résultats indiqueraient qu’environ un tiers des hyposmiques vont mieux du point de vue de la sensibilité olfactive après cet entraînement. Ils disent aussi être dans un mieux-être et une meilleure qualité de vie.

Nous travaillons actuellement, avec les ORL, pneumologues et l’ARS, à la production d’une synthèse sur la rééducation olfactive ainsi que sur la prise en charge des séquelles respiratoires des patients victimes de covid-19, qu’ils aient ou non été en réanimation. Nous ne manquerons pas de vous le transmettre dès qu’il sera validé.

21 mars - explosion des consultations

Confirmé DGS et complété infectiologues CHU Lille – 21 mars

De nombreux ORL (Lariboisière, la Pitié) et docadoc ORL (regroupant 4000 ORL libéraux et hospitaliers), font remonter l’explosion des consultations pour anosmie sévère et brutale, voire totale sans obstruction nasale, avec troubles du goût très gênants, isolée ou avec des symptômes du coronavirus classique et parfois une simple rhinite, globalement, tout signe respiratoire haut ou bas.

Il y a donc une contre-indication des corticoïdes habituels (inhalés ou per os) pour cette atteinte normalement rare.

Nos infectiologues confirment ces données et vous conseillent de réévaluer impérativement ces patients à distance.

Sur la réalisation des TDR, il est utile de continuer de les réaliser, le printemps étant propices au développement des angines bactériennes nécessitant une antibiothérapie, même si ces tests sont laissés à votre libre appréciation médicale en période de coronavirus, ce test faisant parfois tousser le patient.