urps médecin

Siège social LILLE

118 BIS RUE ROYAL
59000 LILLE
Tel : 03 20 20 20 20

Antenne AMIENS

118 BIS RUE ROYAL
59000 LILLE
Tel : 03 20 20 20 20

CONTACTEZ-NOUS

Endocrinologie / Diabète

Diabète type 1 et 2 : Recommandations HAS

Téléchargez la fiche Diabète

  • Diabète et risque de forme grave de COVID-19

1. Les patients diabétiques non équilibrés ou présentant des complications sont considérés comme des personnes à risque de développer une forme grave de COVID-19 et doivent respecter de manière stricte les consignes de confinement.

2. Comme lors de toute infection intercurrente, les patients diabétiques présentent le risque de voir leur diabète se déséquilibrer en cas de COVID-19 et les médecins doivent être attentifs aux signes cliniques de déséquilibre.
Maintenir la normalisation de l’équilibre glycémique et la continuité des traitements

3. La normalisation de l’équilibre glycémique et l’optimisation de la prise en charge des facteurs de risque cardiovasculaire reste la priorité de la prise en charge des patients diabétiques.

Il faut :

  • Disposer de tous les traitements médicamenteux et des consommables nécessaires (traitements oraux et/ou insuline, moyens d’injection), des dispositifs de surveillance glycémiques et de corrections à d’éventuels évènements hypoglycémiques pour une période suffisante.
  • Porter une attention particulière au contrôle régulier de la glycémie (contrôles glycémiques capillaires ou en continu, contrôle de la cétonurie pour les diabétiques de type 1) et à une bonne hydratation.
  • Ne jamais suspendre les injections d’insuline lente (ou une pompe à insuline) même si le patient ne mange plus, pour éviter l’acidocétose.
  • Ne pas changer de traitement ou ne pas prendre un traitement en automédication sans avis médical.

4. Assurer le maintien de la prise en charge et du parcours de soins :

  • Ne pas retarder les consultations nécessaires, ni la prise en charge du risque majeur d’acidocétose et des complications aigues.
  • Privilégier le recours à la téléconsultation avec les médecins traitants en cas de besoin.

5. Assurer le maintien d’une prise en charge nutritionnelle et d’une activité physique compatible avec le confinement :

  • Être attentif au maintien d’une alimentation structurée avec un apport en glucides afin de prévenir le risque d’hypoglycémies iatrogènes (insuline, sulfamides hypoglycémiants ou répaglinide) eu une limitation des aliments riches en acides gras saturés pour le contrôle du poids notamment dans le cadre de la réduction de l’activité physique.
  • Maintenir une activité physique régulière minimale et compatible avec le confinement. (Voir aussi Réponses Rapides dans le cadre du COVID-19 – Maladies chroniques et risques nutritionnels en ambulatoire).
  • Situations particulières

6. Assurer la continuité de la prise en charge des plaies des extrémités :

  • Être attentif aux signes de gravité des plaies chez les sujets à très haut risque (neuropathie et/ou artériopathie) pour une prise en charge en urgence par les équipes spécialisées.
  • Tout retard à la prise en charge est une menace pour l’intégrité de l’extrémité concernée et d’un risque de septicémie, source de complications infectieuses graves.

7. Être attentif autres signes d’alerte de primo diabète chez l’enfant et le jeune adulte : être attentif aux signes cliniques (syndrome polyuro-polydipsique, énurésie, perte de poids rapide…) révélant un primo diabète chez l’enfant ou le jeune adulte et qui nécessite une prise en charge hospitalière en urgence (mise en route sans délai d’un traitement par in-suline).

8. Être attentif aux signes d’alerte du COVID-19 :

  • Disposer des coordonnées pertinentes notamment du médecin traitant à portée de main, assurer l’approvisionnement en traitement en cas de suspicion de COVID-19 surtout en situation d’isolement.
  • En cas de signes inquiétants ou de gravité y compris en dehors des signes du COVID-19 (douleurs thoraciques, syncope, dyspnée, déficit neurologique) appeler le 15.
Diabète et Covid-19 : Société Francophone du Diabète

(Pr Charles Thivolet, Président de la Société Francophone du Diabète – 14/03/2020)

  • Il peut toucher les sujets porteurs d’un diabète de type 1 ou de type 2 sans différence de risque.
  • Les sujets porteurs d’un diabète dans un contexte médical de fragilité (cardiaque, pulmonaire ou rénal) sont plus à risque dans le cadre d’un COVID-19 par rapport à ceux n’ayant pas de problème de santé, de même que les sujets de plus de 70 ans.
  • Si le COVID-19 survient à proximité d’un sujet porteur d’un diabète, il faut prendre des mesures plus strictes pour réduire le risque d’infection.
  • Il est nécessaire de disposer des médicaments nécessaires, de surveiller plus régulièrement le taux de glucose ou d’acétone, de disposer des moyens de correction d’éventuelles hypoglycémies et d’avoir au moins un kit de Glucagon.
  • Dans tous les cas, il est conseillé aux sujets porteurs d’un diabète d’avoir à disposition les différents moyens de contacts de ses médecins référents et/ou équipe et/ou de son pharmacien et des numéros d’urgence (le 15).
  • Se rapprocher de son référent médical et/ou de son équipe médicale si besoin pour actualiser les protocoles de correction, renouveler les ordonnances et pouvoir communiquer les données de glycémies et de mesures d’acétone (mesure capillaires ou urines si la glycémie est de façon répétée au-dessus de 2,5g/l) pour le renseigner au mieux. Si une téléconsultation vous est proposée, cela est préférable à un déplacement.
  • Renforcer toutes les mesures barrières qui ont été indiquées : lavage des mains au savon pendant 20 secondes, gel hydroalcoolique, éviter de toucher des surfaces accessibles au grand public, éviter les espaces confinés avec du public, réduire les déplacements.
  • Être en alerte des signes de gravité : difficultés à respirer avec toux et fièvre, douleurs persistantes dans la poitrine, difficultés à se concentrer, déséquilibre important du diabète avec présence d’acétone qui n’arrive pas à être corrigé.
  • Savoir que le Paracétamol (Doliprane) peut fausser les données des capteurs notamment en cas d’hypoglycémie. En cas de doute, faire des glycémies capillaires.
  • Voir avec l’employeur les possibilités d’aménagements (télétravail, jours off, etc.), notamment en cas de garde d’enfants dans le cadre de la fermeture des écoles.
Diabète gestationnel

Consultez la page « Conduites à tenir médicales : Grossesse«