urps médecin

Siège social LILLE

118 BIS RUE ROYAL
59000 LILLE
Tel : 03 20 20 20 20

Antenne AMIENS

118 BIS RUE ROYAL
59000 LILLE
Tel : 03 20 20 20 20

CONTACTEZ-NOUS

EHPAD

Dernière actualité : 3 juillet

Recherche médecin soins palliatifs ou médecin coordonnateur – hors covid 

Dans le cadre des suites de la gestion de l’épidémie à covid-19, nous avons reçu des propositions de poste de coordonnateur d’EHPAD ou de réseaux de soins palliatifs. Ces poste étant des temps partiels salariés et nécessaires dans le cadre du covid-19, nous vous les relayons :

  • L’association Plateforme Santé Douaisis (PSD) recrute son médecin coordonnateur pour son Réseau de Soins Palliatifs pour un CDI cadre de 5h15 par semaine (en vacation ou mise à disposition). Poste à pourvoir le plus rapidement possible (Téléchargez ici la fiche de poste).
  • L’association SOS Seniors recrute son médecin coordonnateur pour ses EHPAD d’Anzin et Marly-les-Valenciennes pour un CDI cadre de 0,8 ETP maximum et possibilité de ne prendre qu’un des deux sites (Téléchargez ici la fiche de poste).
Conduite à tenir en EHPAD – patient(s) atteint(s) du COVID-19

(24 mars)

Votre URPS Médecins Libéraux travaille étroitement avec l’ARS sur les conduites à tenir au sein des EHPAD pour vos patients atteints du COVID-19.

Nous avons proposé le mode d’organisation suivant, pour les EHPAD :

Ayant un cas isolé : sortie de votre patient vers un service dédié (SSR, unité de COVID19, service de gériatrie…)

Ayant des cas groupés : en première intention, orientation vers un service dédié. Si ce dernier n’est pas en capacité d’accueillir les patients, nous vous proposons d’isoler une aile dédiée aux cas covid-19 au sein de l’EHPAD.

 

(17 mars)

Les médecins et professionnels de santé sont un vecteur important de contamination au vu de la charge virale à laquelle ils sont exposés au quotidien. De ce fait, pour protéger ces patients particulièrement vulnérables, il vous est vivement recommandé :

  • seules les interventions des professionnels de santé strictement indispensables au regard de l’état de santé des résidents doivent être maintenues (ex : kinésithérapie respiratoire), en continuant de respecter les gestes barrières.
  • pour limiter le risque de contamination, les établissements ont reçu la consigne d’organiser la prise de température frontale systématique des professionnels de santé à leur entrée. Dès 38°C, leur admission n’est pas autorisée, encore moins les symptomatiques.
  • si votre visite est indispensable, portez les équipements de protection (masques, gants)
  • de reporter toute visite sans incidence sur l’état de santé du résident (pas de visite pour un renouvellement de traitement).
  • de mobiliser au besoin le médecin coordonnateur qui peut légalement se substituer au médecin traitant dans toutes ses missions en cas d’urgence, comme c’est le cas avec l’épidémie COVID-19.
  • la télémédecine doit être privilégiée quand il est possible de la mettre en place.

Nous travaillons sur la mise à disposition en ligne d’une liste, voire d’une cartographie, des EHPAD bénéficiant d’un chariot de téléconsultation.

Pour les établissements non équipés, demandez-leur d’acquérir une tablette. La téléconsultation assistée par un.e infirmier(ère) libéral(e) est également possible.

Si vous n’en êtes pas déjà équipés, nous pouvons vous équiper d’une solution de téléconsultation, il suffit de nous le faire savoir par téléphone 03 20 14 93 30 (permanence téléphonique du L au V en continue de 8h30 à 18h) ou par mail à alerte-medecinsliberaux(alt)urpsml-hdf.fr

  • Pour information, la suspension des visites s’applique également aux personnes extérieures à l’établissement et participant habituellement aux temps collectifs d’animation.
  • Les livraisons de fournisseurs nécessaires au maintien de la vie quotidienne de l’établissement ne font pas l’objet d’une suspension. Cependant les gestes barrière seront observés et les circuits distincts privilégiés.
Outil d'aide à la décision pour les médecins coordonnateurs d'EHPAD ou médecins ``renfort``

(3 avril)

L’URPS Médecins Libéraux met à votre disposition un outil d’aide à la décision pour les médecins coordonnateurs d’EHPAD ou médecins « renfort », en période épidémique COVID-19.

Sur un recto-verso, qui se veut synthétique, nous avons essayé de mettre en lumière les retours d’expériences de terrain pour vous permettre de vous organiser au mieux dans cette épidémie, à savoir :

 

Anticiper :

  1. S’assurer de la présence d’un médecin coordonnateur, ou d’appui suffisant des médecins traitants au sein de l’EHPAD.
  2. Prendre connaissance du KIT EHPAD complet mis à disposition par l’ARS (ou des informations utiles à retenir du kit EHPAD de l’ARS)
  3. S’assurer que l’établissement est en capacité de pouvoir faire de la téléconsultation.
  4. Vérifier que l’établissement possède de l’oxygène ainsi que des réserves nécessaires.
  5. Organiser l’EHPAD afin d’élaborer un secteur Covid dédié.
  6. Vérifier la possibilité d’une permanence d’infirmiers de nuit en cas d’activation du secteur COVID-19.
  7. Vérifier le stock des équipements de protection y compris renforcés en cas de Covid positifs dans votre structure.
  8. Vérifier si la pharmacie de l’EHPAD dispose des médicaments utiles pour les prises en charge de fin de vie
  9. S’inscrire sur le groupe WhatsApp – médecins coordonnateurs EHPAD : Si vous souhaitez en faire partie, merci de nous le faire savoir par mail à alerte-medecinsliberaux(alt)urpsml-hdf.fr
  10. Identifier la coordination gériatrique dont vous dépendez (gériatre astreinte territoriale et équipe mobile gériatrique)

Prendre en charge :

  1. Médecins traitants et médecin coordonnateur intervenant en EHPAD
  2. Tester les patients et les soignants dès les premiers signes
  3. Sortir de la structure tout soignant présentant des symptômes évocateurs
  4. Prise en charge des patients suspectés covid-19
  5. Hospitalisation à domicile et accompagnement vers la fin de vie
Réquisition en EHPAD : à qui s'adresser ?

(17 avril : Source : ARS)

Comme vous le savez, il est possible, pendant la période convid-19, de réquisitionner un médecin libéral volontaire en soutien temporaire et exceptionnel du fait de la crise sanitaire.
Vous êtes nombreux à vous porter volontaires et nous vous en remercions.
Une question pratique nous est cependant posée : comment réaliser la réquisition ?
Il revient au directeur de l’EHPAD concerné de la demander à l’ARS en envoyant un mail à ars-hdf-volontaires@ars.sante.fr. L’ARS nous a certifié que la réquisition serait ensuite très rapide.

Cotation exceptionnelle pour intervention médecins libéraux en EHPAD pendant la crise covid-19

Habituellement, l’intervention des médecins généralistes est valorisée à 35 euros (25 € la visite et 10 € de majoration de déplacement (MD) en journée.
Jusqu’à la fin de la crise sanitaire, vous pouvez ajouter la cotation Majoration Urgence (MU) à 22,60 € à la cotation VGS pour les patients vus en EHPAD.
L’Assurance Maladie permettait jusqu’ici de facturer jusqu’à 3 majorations de déplacement au cours d’une visite en EHPAD et de la cumuler avec la majoration d’urgence, soit VGS+MD+MU = 57,60 € pour les trois premiers, vous pouvez donc pour les suivants, ajouter la MU soit VGS+MU = 47,60 € pour les suivants.
Les médecins généralistes peuvent également facturer une majoration la nuit (+ 38,50€), le week-end (+ 43,50 €) et des indemnités kilométriques.

Renforts de médecins disponibles dans les EHPAD

 

(6 mai)

Renforts EHPAD Hauts-de-France 

L’épidémie continue de toucher particulièrement les EHPAD.
Si vous avez déjà été nombreux à nous répondre positivement pour venir les aider, et nous vous en remercions, nous continuons d’être sollicités par des EHPAD qui ont besoin d’un renfort de leur médecin coordonnateur ou qui n’ont pas de médecin coordonnateur sur de nouveaux territoires ou des territoires pour lesquels aucun médecin ne s’est encore positionné.
En cette période, avoir un renfort médical libéral à temps partiel, exceptionnel et temporaire pendant la période d’épidémie, serait salutaire pour ces établissements, quelle que soit votre spécialité pour venir en appui des médecins traitants des résidents.
Vous trouverez en téléchargement la liste des EHPAD à la recherche d’un médecin coordonnateur à savoir :
– Dans l’Aisne : 2 EHPAD ;
– Dans la Somme : 2 EHPAD ;
– Dans l’Oise : 3 EHPAD ;
Si vous êtes intéressé(e), n’hésitez pas à vous faire connaître en nous envoyant un mail à alerte-medecinsliberaux(alt)urpsml-hdf.fr ou en cliquant ici. Vous trouverez en téléchargement la fiche de mission conjointement réalisée avec l’ARS qui est disponible pour mettre en place une réquisition si besoin, solution qui permet d’assurer une protection assurantielle du professionnel et sa rémunération. Il est également possible, dans le cadre d’une mission exceptionnelle d’intérêt général de conclure un contrat entre l’EHPAD et le médecin. Dans ce cas, le médecin perçoit un forfait de 420 euros par demi-journée. Ce forfait est versé par la caisse primaire de rattachement du médecin sur la base notamment d’un tableau récapitulatif des vacations effectuées. Ce forfait n’est pas cumulable avec la facturation à l’acte. Nous serons aux côtés des volontaires pour les aider, si nécessaire, dans cette prise de fonction.

 

Un groupe WhatsApp d’échanges libres a été créé à destination des médecins coordonnateurs des Hauts-de-France. Si vous souhaitez en faire partie, merci de nous le faire savoir par mail à alerte-medecinsliberaux(alt)urpsml-hdf.fr

 

(25 mars)

L’épidémie de COVID19 est entrée dans une phase d’accélération. Comme vous le savez, les EHPAD sont particulièrement vulnérables car :

  • substituts du domicile, ils sont peu médicalisés ;
  • les médecins traitants, référents de ces résidents, sont souvent également médecins coordonnateurs d’EHPAD et sont déjà très sollicités dans le contexte actuel ;
  • certains EHPAD n’ont pas de médecin coordonnateur (environ 18% des EHPAD régionaux) ;
  • des médecins coordonnateurs seront peut-être malades (du COVID ou d’autre pathologie) durant cette épidémie.

C’est pour l’ensemble de ces raisons que le positionnement de volontaires de médecine libérale spécialisée est souhaité pour venir en appui des médecins traitants des résidents et des médecins coordonnateurs des EHPAD. Les médecins volontaires s’organiseront avec l’IDEC, le directeur de l’EHPAD et l’équipe de soins.

Cet appel s’adresse à tous les médecins libéraux quelle que soit leur spécialité, si vous êtes intéressé(e), n’hésitez pas à nous le faire savoir par mail à alerte-medecinliberaux(alt)urpsml-hdf.fr en attendant que l’ARS n’ouvre son site permettant à la réserve médicale libérale de se faire connaître.

 

Création de la plateforme renfort-covid.fr

(6 avril – Source : ARS Hauts-de-France)

Depuis plusieurs semaines vous nous avez fait remonter vos possibilités pour pouvoir vous mobiliser dans la lutte contre le coronavirus.
Afin de faciliter la mise en lien entre les médecins libéraux volontaires et les structures demandeuses, l’ARS Hauts-de-France a mis en ligne une plateforme «renforts-covid.fr» (constituant un lien vers le téléchargement d’une application gratuite).
Le principe est simple et bien connu des plateformes numériques, celui du « matching », c’est-à-dire mettre en relation des personnes volontaires et des établissements via la collecte d’informations :

  • Vous êtes un médecin libéral et vous souhaitez vous porter volontaire, il vous suffit de vous inscrire, en mentionnant disponibilités et zones géographiques d’intervention, pour recevoir ensuite toutes les offres déposées par les structures correspondant à votre profil ;
  • Vous êtes un établissement de santé, une structure médico-sociale, ambulatoire qui cherchez des ressources supplémentaires, faites-vous référencer pour pouvoir déposer votre demande de besoins urgents en professionnels de santé.

Grâce à cette plateforme les médecins volontaires pourront proposer leurs services aux structures qui en exprimeront le besoin (voir le fonctionnement du service).
Dans le cadre de cette mobilisation volontaire, la réquisition pourra être envisagée pour faciliter l’organisation de ces renforts.
L’arrêté ministériel du 28 mars 2020 définit les conditions selon lesquelles peuvent être réquisitionnés et les professionnels de santé en exercice, retraités ou en cours de formation dans le cadre de l’épidémie covid-19 et les barèmes d’indemnisation. Dans ces conditions, les volontaires correspondant à ces profils peuvent demander à être réquisitionnés, et ce dès la mise en relation entre le professionnel volontaire et la structure d’accueil.

Cotations exceptionnelles pour interventions de médecins libéraux en EHPAD

L’arrêté ministériel du 28 mars 2020 définit les conditions selon lesquelles peuvent être réquisitionnés et les professionnels de santé en exercice, retraités ou en cours de formation dans le cadre de l’épidémie covid-19 et les barèmes d’indemnisation. Dans ces conditions, les volontaires correspondant à ces profils peuvent demander à être réquisitionnés, et ce dès la mise en relation entre le professionnel volontaire et la structure d’accueil.

 

(17 avril – Assurance Maladie)

Cotation exceptionnelle pour intervention médecins libéraux en EHPAD pendant la crise covid-19

Habituellement, l’intervention des médecins généralistes est valorisée à 35 euros (25 € la visite et 10 € de majoration de déplacement (MD) en journée.
Jusqu’à la fin de la crise sanitaire, vous pouvez ajouter la cotation Majoration Urgence (MU) à 22,60 € à la cotation VGS pour les patients vus en EHPAD.
L’Assurance Maladie permettait jusqu’ici de facturer jusqu’à 3 majorations de déplacement au cours d’une visite en EHPAD et de la cumuler avec la majoration d’urgence, soit VGS+MD+MU = 57,60 € pour les trois premiers, vous pouvez donc pour les suivants, ajouter la MU soit VGS+MU = 47,60 € pour les suivants.
Les médecins généralistes peuvent également facturer une majoration la nuit (+ 38,50€), le week-end (+ 43,50 €) et des indemnités kilométriques.

Dépistages spécifiques aux EHPAD

En phase épidémique, les patients présentant des signes de COVID-19 ne sont plus systématiquement confirmés par test biologique (RT-PCR SARS-CoV-2). Les tests pour recherche du virus SARS-CoV-2 font l’objet d’une priorisation.

Concernant les cas possibles au sein d’une structure d’hébergement collectif, la stratégie de dépistage évolue de la manière suivante :

Dans les établissements sans cas de CoVid-19 connus

  • Tout professionnel de santé ou personnel des structures médico-sociales présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 doit être isolé et testé par un test RT-PCR sans délai. Si un premier cas est confirmé parmi ces personnels, l’ensemble des personnels doivent bénéficier d’un test par RT-PCR. Les cas positifs devront faire l’objet d’une mesure d’éviction qui sera levée selon les modalité prévues par le Haut Conseil de la santé publique du 16 mars 2020 relatif aux critères cliniques de sortie d’isolement des patients ayant été infectés par le SARS-CoV2. Les tests sont réalisés systématiquement en dehors de l’établissement.
  • Il est recommandé de tester par RT-PCR le premier résident symptomatique dès l’apparition de symptômes évocateurs de COVID-19. Dans la mesure du possible, les premiers cas parmi les résidents d’un établissement indemne seront pris en charge en milieu hospitalier ou feront l’objet d’un isolement strict en chambre individuel. L’ensemble des personnels de santé ou personnels des structures médico-sociales de l’établissement devront bénéficier d’un test par RT-PCR. Les tests peuvent être réalisés au sein de l’établissement.

Dans les établissements avec au moins un cas confirmé de CoVid19 connu

Nous rappelons que, conformément aux recommandations du HCSP, il est recommandé de tester :

  • Les trois premiers patients dans le cadre de l’exploration d’un foyer de cas possibles au sein d’une structure d’hébergement collectif (en particulier collectivités de personnes âgées mais aussi lieu d’accueil pour les personnes avec un handicap, milieu carcéral, caserne, résidence universitaire…) ;
  • Tous les professionnels de santé ou personnels des structures médico-sociales et d’hébergement dès l’apparition des symptômes évocateurs de COVID-19.

Dans les situations ou les établissements peuvent organiser des isolements spécifiques des résidents cas confirmés en créant des secteurs dédiés, les tests peuvent être étendus au-delà des trois premiers patients pour mieux caractériser l’extension de l’épidémie au sein de l’établissement et documenter les réorganisations internes de résidents et de personnels.

De la même façon, dans le cas de résidents pour qui l’isolement pourrait entrainer des conséquences psychologiques ou physiques difficiles, un test peut être réalisé pour confirmer ou non la nécessité d’un isolement.

Prélèvements en EHPAD

(22 avril – Source : ARS)

La stratégie de prélèvement en EHPAD évolue pour se conformer aux annonces ministérielles. Il est prévu de tester l’ensemble des résidents et du personnel dès la suspicion d’un cas COVID. Il appartient au directeur de l’établissement de prendre contact avec le laboratoire de proximité afin d’organiser le prélèvement. Si le laboratoire de proximité est en difficulté pour réaliser un prélèvement à grande échelle, du fait des tensions concernant la disponibilité des écouvillons notamment, le directeur de l’établissement peut solliciter l’ARS en recours pour identifier un laboratoire en capacité de réaliser le prélèvement.
Il serait souhaitable de pouvoir tester plus largement, même en l’absence de suspicion classique en raison de la multiplicité des traductions cliniques, mais les difficultés d’approvisionnement en consommables pour les biologistes rendent, à nouveau, nécessaires une priorisation.
A ce jour, 50% des EHPAD ont déclaré des résidents atteints du COVID. Pour limiter au maximum l’introduction du virus dans les établissements, il est conseillé de réaliser un test systématique ainsi qu’un confinement de 14 jours pour toute entrée ou sortie d’un résident.

Admission en EHPAD - test préalable

(16 mai – Source : DGS)

Il est à présent demandé qu’un test PCR soit réalisé pour toute nouvelle admission en EHPAD, idéalement l’avant-veille et au plus tard la veille de l’entrée du résident au sein de l’établissement. Dans les établissements qui n’ont pas de cas avérés, les admissions de personnes symptomatiques ainsi que des personnes testées positives mais asymptomatiques sont interdites. Dans les départements classés « rouge », le confinement en chambre est obligatoire pour une durée de 14 jours pour toutes les nouvelles admissions.

Téléchargez le document dans son intégralité